News

Interview de Jimmy Jannas, conseiller en Immobilier

Interview de Jimmy Jannas, conseiller en Immobilier

 

Publiée le 31/03/2014

Sonder le marché, négocier les ventes et les achats de biens immobiliers, répondre aux interrogations des acheteurs et des vendeurs… tel est le quotidien d’un négociateur immobilier.

Le négociateur immobilier est présent à toutes les étapes d’une transaction immobilière, de la prospection à la signature du compromis de vente.

1. Il sonde le marché
Le négociateur immobilier occupe la majeure partie de son temps à sonder le marché d’une zone géographique donnée. Pour cela, le négociateur n’hésite pas à faire du porte-à-porte, à rencontrer les commerçants, les associations sportives, à participer aux fêtes de village et de quartier afin de connaître les habitants et se constituer son réseau.

2. Il joue un rôle de conseiller auprès du vendeur
A la demande du vendeur, il visite le bien mis en vente et l’estime. Il prend les mesures et des photos du logement qui serviront par la suite à la promotion de ce bien en agence et sur Internet. Il donne des informations sur l’état du marché et la conjoncture, peut présenter au propriétaire des biens similaires à la vente. Il l’aide à percevoir les qualités et les défauts de son logement. Le propriétaire peut alors en toute connaissance de cause établir un juste prix de vente. Le négociateur immobilier prend le mandat, enregistre les informations sur ce bien, les envoie à ses clients candidats acquéreurs et diffuse l’annonce sur Internet.

3. Il guide les acheteurs
Il joue également le rôle de conseiller auprès des éventuels acheteurs. Il les guide sur des biens en fonction de leurs exigences, de leurs attentes et de leurs capacités financières, et organise les visites. Il leur apporte des informations sur l’historique du logement, les travaux réalisés ou à prévoir, éventuellement ceux qui peuvent concerner la copropriété. Le négociateur immobilier se charge ensuite de remettre au propriétaire les offres des acheteurs intéressés par le bien. Lors des négociations, il recueille les impressions et les arguments des deux parties et fait en sorte que la transaction se réalise dans les meilleures conditions.

Il peut également participer à la rédaction du compromis de vente. Il assure, dans tous les cas, sa lecture et sa signature avec le vendeur et l’acquéreur.

Il accompagne ensuite les acheteurs dans leurs démarches relatives au financement, tient régulièrement informer acquéreurs et vendeurs des avancées administratives jusqu’à la signature de l’acte authentique devant notaire. Il pourra même proposer d’aider les nouveaux acquéreurs à s’intégrer en organisant une crémaillère !

Pour comprendre ce métier, Jimmy Jannas a accepté de partager son expérience de conseiller en immobilier.

Son parcours
Jimmy Jannas travaille dans le secteur immobilier depuis une dizaine d’années. Il est titulaire d’une licence de philosophie et d’un BP en aménagement du territoire. Il a fait ses armes dans une entreprise américaine spécialiste du BtoB avant de se lancer dans ce métier. Un parcours atypique qui prouve que les chemins sont multiples pour devenir négociateur immobilier. Aucune formation n’est exigée. Les BTS professions immobilières ou les diplômes d’écoles de commerce sont toutefois appréciés.

La rémunération
La plupart du temps, les négociateurs immobiliers sont rémunérés à la commission sur la vente d’un bien. “Il est, en effet, très rare que l’on touche un fixe”, affirme le négociateur immobilier. “On naît avec cet esprit-là. On ne peut pas le devenir. Il faut avoir un esprit de guerrier”.

Les raisons qui l’ont poussé à faire ce métier
“L’argent”, avoue le négociateur immobilier. “On peut gagner très bien sa vie. Beaucoup plus qu’en étant patron d’une PME”. Mais pour cela, il faut savoir se montrer patient. “D’abord on sème, ensuite on récolte”, affirme-t-il. “Le plus important, dans ce métier, est de savoir se constituer un réseau”.

Les qualités d’un négociateur immobilier
Un négociateur immobilier se doit d’être patient, à l’écoute de ses clients et d’aimer le terrain. “Nous passons la plupart de notre temps à conseiller les vendeurs et les acheteurs”, confie Jimmy Jannas. “Pour faire ce métier, il faut donc une bonne donne d’empathie”.

Les contraintes du métier
1.Les horaires. Jimmy Jannas nous confie, en effet, qu’un négociateur immobilier travaille dix à douze heures par jour en moyenne. “Nous organisons notre temps de travail comme nous le souhaitons. Mais nous n’avons pas vraiment d’heures fixes. Il nous arrive d’organiser des visites le soir ou de rencontrer un propriétaire le dimanche. Nous nous devons d’être flexibles”.
2.Les échecs. “Comme dans tous les métiers, il nous arrive d’essuyer des échecs”, précise Jimmy Jannas. “Il est possible qu’au dernier moment un acquéreur retire son offre ou qu’un propriétaire n’accepte pas une proposition”.
3.Un salaire aléatoire. “La plupart du temps, un négociateur immobilier est rémunéré à la commission. Notre salaire peut donc être très différent d’un mois à l’autre”, affirme Jimmy Jannas.

Le conseil qu’il souhaiterait donner
“Il ne faut pas avoir peur de prendre des risques. Regardez, écoutez, apprenez. Et surtout, soyez humbles. On peut monter très haut mais redescendre très vite”.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *